Ils rêvent, inventent, réinventent, innovent et se lancent dans de grandes aventures en bravant tous les risques. Dans de grandes entreprises, des PME ou des associations,  ils appartiennent à une même famille, celle des entreprenants.

Les spécimens d’entreprenants récoltés par l’École de Paris sont nombreux, et des catégories ont été créées, dont les désignations montrent que leurs motivations sont plus larges que celles de l’entrepreneur (maximiser le profit), ce qui ne les empêche pas de développer une énergie considérable ni de courir des risques.

SOMMAIRE

1 –Ils veulent concrétiser des utopies
2 –Ils font face dans la tempête
3 –Ils lancent des conquêtes
4 –Ils engendrent des renaissances
5 –Ils s’ingénient à innover
6 –Ils (re)valorisent le capital humain
7 –Ils insèrent des exclus
8 –Ils recousent le tissu social
9 –Ils font de leurs singularités une force
10 –Ils s’engagent dans la création
11 –Ils affrontent la vie aventureuse des start-up
12 –Ils développent leurs territoires
13 –Ils réinventent les services à la personne
14 –Ils organisent une vigilance

1 – ILS VEULENT CONCRÉTISER DES UTOPIES

On entend souvent les sportifs dire après avoir gagné un grand titre : « J’en rêvais depuis que j’étais petit ». Si l’homo œconomicus est calculateur, l’entreprenant est presque toujours tiré par un rêve, mais nous avons fait une catégorie particulière pour des rêves partagés, les utopies, qui représentent un puissant moyen de stimulation collective. Cela ne réussit pas toujours, mais les échecs peuvent être sources d’enseignements précieux.

2 – ILS FONT FACE DANS LA TEMPÊTE

Des vocations d’entreprenants peuvent naître de crises. Confrontés à l’adversité, ces entreprenants s’attachent à préserver l’humanité du collectif et à éviter la débandade. Les circonstances révèlent ainsi, bien sûr, des caractères bien trempés, mais aussi une aptitude à animer des collectifs. Il arrive que, s’étant révélés à eux-mêmes, ils cherchent à retrouver les mêmes sensations dans d’autres contextes –ils sont d’ailleurs souvent sollicités pour cela.

3 – ILS LANCENT DES CONQUÊTES

Parmi les rêves qui peuvent animer les entreprenants, il y a celui de la conquête : se mondialiser, inventer des activités nouvelles, conquérir des marchés, se lancer dans des défis exigeants, etc.

4 – ILS ENGENDRENT DES RENAISSANCES

On aime bien le terme de renaissance, qui renvoie à des périodes glorifiées de notre histoire. Cependant, vécues de près, ce sont des périodes dérangeantes. C’est pourquoi ces dynamiques de renaissances sont animées par des entreprenants capables d’être à la fois patients, déterminés et iconoclastes.

5 – ILS S’INGÉNIENT À INNOVER

C’est grâce à l’innovation que nos pays riches et alourdis par leurs charges éviteront de voir leurs emplois et leurs richesses s’envoler. On innove donc beaucoup et partout, et l’École de Paris s’intéresse particulièrement à celles qui dérangent : il faut des entreprenants audacieux et avisés, et des dispositifs permettant les audaces.