C’est une idée toute simple : loger économiquement des étudiants à la recherche de logement chez des personnes âgées souffrant de solitude. Mais que d’idées préconçues à surmonter et quelle persévérance il faut pour inventer un service social plus nécessaire que jamais !

Vaincre l’isolement

Nombre de seniors souffrent de solitude, et cela pèse sur leur santé : selon le Crédoc, une personne de plus de 60 ans sur trois est confrontée à la solitude. Cette question préoccupe leurs enfants, souvent distants de centaines de kilomètres. De leur côté, beaucoup d’étudiants peinent à trouver un logement : les 16 heures de travail hebdomadaires qui peuvent leur être nécessaires pour payer leur loyer se soldent par 50 % d’échecs dans leurs études, et si des emprunts sont contractés, ils sont difficiles à rembourser.

L’association ensemble2générations (E2G), créée en 2006 par Typhaine de Penfentenyo a trouvé une réponse simple à ces problèmes : loger économiquement des étudiants chez les personnes âgées. Pour un logement gratuit, l’étudiant s’engage à être présent le soir et les nuits, excepté un soir par semaine, deux week-ends par mois et trois semaines de vacances entre septembre et juin. Pour un tarif économique, il participe aux charges d’habitation et apporte des services comme aider aux démarches numériques ou accompagner son hôte dans des sorties. Le troisième tarif est un loyer solidaire (20 % en dessous du prix du marché), qui représente un complément de revenu pour la personne âgée, en plus d’une compagnie et de services spontanés.

L’art subtil de l’accommodement

L’idée est simple, lumineuse même, mais elle demande de surmonter bien des idées reçues et de créer la confiance. C’est là le savoir-faire développé par E2G :

« Nous connaissons un peu ce que fut la vie de la personne âgée, son métier, son environnement culturel – nous lui avons soumis un petit questionnaire en la rencontrant à son domicile –, et nous attendons de recevoir le dossier d’un jeune qui partage le même univers. Par exemple, la musique peut être un lien puissant : plusieurs binômes sont constitués de personnes âgées mélomanes et d’étudiants musiciens. Dans bien des cas, le vivre-ensemble se crée plus facilement qu’au sein des liens familiaux. L’écart d’une génération entre deux personnes réunit deux vulnérabilités, celles d’un jeune et d’un ancien, qui s’entraident. Nous avons édité un livre (téléchargeable), ensemble2générations, qui raconte ces nombreuses histoires de vies partagées. »

On peut ainsi voir des rencontres improbables, comme celle d’une jeune marocaine éprise de rugby logée chez le père d’un grand professionnel du rugby, et qui a pu assister à la coupe d’Europe dans la tribune officielle.

L’association réunit régulièrement, séparément, les jeunes et les seniors pour s’assurer que tout va bien et faciliter les échanges d’expériences. Les visages épanouis des jeunes sur la photo ci-dessous illustrent qu’ils éprouvent la magie des relations entre grands-parents et petits-enfants.

Les difficultés d’un changement d’échelle

Vu l’enjeu, on peut penser que l’association, qui a créé 4 200 binômes en 12 ans, devrait changer rapidement d’échelle. Elle a d’ailleurs déjà créé 29 antennes en France, grâce à des procédures systématisées : un ordinateur programmé, une charte graphique, des données réparties en 200 documents reproductibles, deux jours de formation pour le ou la responsable, une aide allant de 1 500 à 2 000 euros pour le démarrage d’une antenne, des affiches, des tracts et des dépliants. Elle a diffusé au Japon, en Corée du Sud, au Canada, à la Martinique et bientôt à la Réunion, permettant ainsi la création d’associations locales de logement intergénérationnel. Toutefois, les subventions lui sont chichement distribuées, et sont même remises en cause en ces temps d’économies, menaçant le fonctionnement, voire la survie de l’association.

Pourtant son action permet à la collectivité de faire rapidement des économies : un étudiant hébergé ne demande pas d’allocation logement (1500 euros) ; l’entrée de personnes âgées en maison de retraite peut être reculée de trois ou quatre ans (coût annuel pour la collectivité 20 000 €) ; l’aide à domicile professionnelle pour une simple veille sécurisée la nuit peut être évitée et faire économiser aux familles jusqu’à 3 000 euros par mois. Selon E2G, 1 euro investi par une collectivité lui en fait économiser 12.

Mais l’association n’a pas encore les structures de gouvernance exigées pour bénéficier du label de l’ESS. Pour solliciter des aides de l’Europe, il faut consacrer un temps déraisonnable à la constitution des dossiers, et disposer d’une trésorerie solide vu les délais de paiement. Enfin, l’action d’E2R ne se compte guère en nombre d’emplois créés, ce qui la met en décalage avec les urgences du moment.

Bien qu’elle soit une initiative parmi les plus médiatisées, elle peine à obtenir les aides publiques à un niveau correspondant aux enjeux d’aujourd’hui. Cependant, un soutien de la Fondation Bettencourt Schueller pour un financement d’étude de changement d’échelle et un partenariat original avec l’association Accordés mieux à 2 générations peuvent changer la donne.

Quand l’entreprise peut servir une cause nationale

En créant l’association Accordés, Jean-Renaud d’Elissagaray a une idée très simple :

« D’un côté, de nombreux salariés ont la charge, soit d’un parent âgé, soit d’un enfant étudiant. De l’autre, les compagnies d’assurance et de prévoyance ont comme clients des personnes âgées vivant seules et des jeunes professionnels à la recherche d’un logement. L’idée de proposer aux entreprises de soutenir leurs salariés qu’on nomme aidants familiaux, ou aux mutuelles leurs clients en recourant au savoir-faire opérationnel d’E2G s’est imposée naturellement. Elle permet d’aider le passage d’E2G à une autre échelle et de sécuriser son business model. »

Il est ainsi proposé aux entreprises de souscrire un abonnement annuel à Accordés, (de 1 000 euros pour les PME à 50 000 euros pour les multinationales). Elles versent en outre à E2G une contribution annuelle forfaitaire de 400 euros par proche de salarié pris en charge. Les distinctions d’E2G ainsi que ses partenariats avec les pouvoirs publics, des collectivités locales, des fondations rassurent l’entreprise sur la qualité de la prise en charge des proches de ses collaborateurs.

Accordés ajoute à l’animation de projet d’E2G un volet à destination des entreprises : un interlocuteur spécifique veille au fonctionnement du dispositif auprès des salariés et assure auprès du financeur un reporting sur les opérations réalisées. Les bénéfices d’Accordés contribuent, sous forme de dons, au développement d’E2G.

En adoptant ce dispositif original, les entreprises pourront soulager les contraintes pesant sur leurs salariés et aider à traiter la précarité des jeunes et la solitude des seniors. Le dispositif mis en place au bénéfice des salariés trouve rapidement un retour économique favorable, selon le modèle d’Accordés.

La patience des entreprenants

On assisterait ainsi à la création d’un nouveau service social assuré par une association et en partie financé par le secteur privé. Cet exemple montre, à nouveau, que des entreprenants ont l’art de détecter des besoins sociaux mal pris en charge, de leur donner des réponses et d’élaborer avec persévérance une stratégie pour changer le monde dans le sens de leurs rêves.

Pour en savoir plus, voir le compte rendu de l’École de Paris de management Quand les seniors et les étudiants vivent sous le même toit


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *